Aller au contenu principal

Description

Dans la caféiculture biologique, ou l’agriculture « bio » de façon générale, quelles que soient les différentes tendances qui la traversent, un principe essentiel domine : le respect d’un élément capital pour le sol, l’humus. Clef d’un sol fertile, c’est lui que nous devons favoriser dans les jardins et les plantations. Il nous suffit pour cela de copier la nature et, en particulier, la forêt. C’est le rôle du compost, de permettre non seulement de recycler les énormes volumes de déchets de pulpe provenant du traitement du café, mais aussi de produire un amendement de qualité qui redonne aux sols et aux plantes fertilité et vitalité.

Ce film permet d’expliquer l’idée d’ensemble du processus de compostage qui, au bout du compte, n’est qu’une technique d’organisation et de contrôle d’un processus copiant la nature. Mais, en concentrant cette activité dans un endroit particulier et en équilibrant les apports de matières organiques, d’air et d’eau, ce double phénomène, de décomposition puis de maturation, se déroule plus rapidement que ce que fait la nature.

Il y a deux types d’utilisations principales du compostage :

  • Le recyclage des déchets de l’agriculture, fumiers dans le cas des activités d’élevage, ou comme c’est le cas pour la caféiculture, recyclage des masses énormes de déchets provenant de l’activité de dépulpage du café.
  • Les autres cas de compostage les plus connus sont le recyclage de tous les déchets domestiques, et c’est ce qui est fait dans les déchetteries.

État

  • Labellisé

Langues

  • Français

Licence Creative Commons

  • Partage des conditions à l'identique
  • Pas d'utilisation commerciale
  • Pas de modification

Nature pédagogique

  • Documentaire

Niveau

  • Bac

Thèmes

  • Ecosystèmes et biodiversité

Types

  • Grain audiovisuel

Mots-clés

compostscafé biologiquesolsMexiquerecyclagegestion des déchets

Contributeurs

Jean Jimenez

Réalisateur / Vidéographe, Université Toulouse Jean Jaurès

Jean-Christian Tulet

Directeur de Recherches, Laboratoire GEODE, Université Toulouse Jean Jaurès