Aller au contenu principal

Description

Les territoires français d'Outre-mer doivent aujourd'hui relever plusieurs défis, touchant aussi bien les aspects écologiques, économiques ou sociaux. Cet ensemble de vidéos permet de mieux comprendre ce besoin de développement durable dans les Outre-mer, et il vise à montrer que des personnes et des acteurs sont déjà engagés autour de ces questions, et ce sur tous les territoires ultramarins.

Objectifs d'apprentissage :
- Comprendre la diversité des points de vue qui existent quand on parle de développement durable dans les Outre-mer.
- Découvrir les 17 Objectifs de Développement Durable.
- Comprendre les caractères universels et indivisibles des 17 Objectifs de Développement Durable
- Appréhender les enjeux de développement durable les plus saillants pour les Outre-mer.
- Découvrir des personnes et des structures, dans tous les Outre-mer, engagées pour l'atteinte des Objectifs de Développement Durable.
- Comprendre l'importance des partenariats et de la coopération dans la mise en place de projets de développement durable.
- Comprendre les freins et les leviers pour la mise en place, par les différents acteurs du territoire, de projets de développement durable.

État

  • Labellisé

Langues

  • Français

Licence Creative Commons

  • Partage des conditions à l'identique
  • Pas d'utilisation commerciale
  • Pas de modification

Nature pédagogique

  • Cours
  • Entretiens et témoignages

Niveau

  • Bac
  • Bac+3

Objectifs de Développement Durable

  • 1. Pas de pauvreté
  • 10. Inégalités réduites
  • 11. Villes et communautés durables
  • 17. Partenariats pour la réalisation des objectifs

Thèmes

  • Institutions, acteurs, sociétés et territoires

Types

  • Parcours thématique

Mots-clés

Outre-merODDinitiativedéveloppement durabletransition écologiquebiodiversitéentreprisesassociationspartenariatpollutioninégalitésalimentationtransition énergétiquepolitiques territorialesscience
  • Le "doughnut", entre plancher social et plafond écologique
  • Une vision commune du futur de l’Humanité
  • Une introduction historique aux ODD
  • L'Accord de Paris sur le climat et les Objectifs de Développement Durable
  • Les ODD : un agenda pour tous les pays et pour tous les secteurs
  • Universalité sectorielle des ODD : tous les domaines sont couverts
  • La pensée complexe pas si compliquée
  • Interactions entre ODD : illustration avec l'ODD 12 sur la production et la consommation responsables
  • Interactions entre ODD : illustration avec les Maladies Tropicales Négligées
  • Prendre en compte les interactions entre ODD : un gage de succès pour l'agriculture
  • Le Rapport mondial sur le développement durable (GSDR) de 2019 : analyse
Télécharger le fichier

Les ODD : un agenda pour tous les pays et pour tous les secteurs

Jean-Paul Moatti, Président-directeur général de l’IRD
 

À la différence des Objectifs du Millénaire qui les avaient précédés entre 2000 et 2015 et qui restaient limités à des sujets spécifiés et pour lequel un nombre limité d'indicateurs permettaient d'effectuer le suivi, les Objectifs du Développement Durable se sont voulus exhaustifs de la totalité de l'agenda des menaces qui pèsent sur la planète et des nécessités d'y faire face d'une façon unie, indivisible, cohérente. Et donc, on a 17 objectifs, 169 cibles qui alimentent ces 17 grands domaines, et à l'heure actuelle, 241 indicateurs, dont certains ne sont d'ailleurs pas totalement élaborés, censés permettre de mesurer le succès ou l'échec, en tout cas, l'état d'avancée par rapport à ces ODD.

Mais derrière ce souci de cohérence, d'exhaustivité, il y a de nombreux problèmes qui se posent et dont il faut bien avoir conscience, qui sont que la mise en œuvre des ODD, si en dépit des discours, elle est trop verticale, elle se fait trop en silo, peut générer des contradictions très importantes et aboutir aux effets inverses de ceux qui sont recherchés.

Les exemples — et vous en trouverez beaucoup dans cette semaine de cours qui s'annonce —sont multiples. Si pour assurer la nécessaire sécurité alimentaire, il vous faut comme l'ont fait jusqu'il n'y a pas très longtemps les Chinois, utiliser 70 % de plus à l'hectare d'engrais et de pesticides que la moyenne mondiale, ça peut assurer une augmentation nécessaire de la productivité agricole, mais les conséquences sur l'environnement, sur la pollution, sur l'état aussi, la qualité des terres et leur capacité à long terme, peuvent être extrêmement graves.

Si à l'intérieur d'un même objectif, comme l'objectif d'amélioration de la santé, vous menez légitimement le combat pour l'élimination des grandes pandémies infectieuses qui affectent notamment les pays du Sud, mais pas seulement, le sida, la tuberculose, la malaria et d'autres qui sans cesse sont en train de nous arriver, si vous faites cela, mais que la conséquence en est de désorganiser, par des programmes trop spécifiques, trop verticaux, l'ensemble du système de santé, finalement, ce que vous avez gagné d'un côté, vous allez le perdre de l'autre. Si comme cela s'est passé avec les Objectifs du Millénaire, vous faites des progrès en matière de limitation de la pauvreté absolue, c'est-à-dire le nombre de personnes qui vivent avec moins de 1,9 dollar américain par personne et par jour — ce qui est le seuil actuellement défini —, mais que ça s'accompagne d'une aggravation des inégalités entre les groupes et entre les individus, d'une concentration sans précédent de la richesse mondiale dans le 1% le plus riche de la planète, vous aurez des difficultés pour avoir une acceptabilité et une mise en œuvre de l'ensemble des Objectifs du Développement durable.

Et donc, il faut avoir conscience et mieux comprendre les chaînes complexes qui lient les différents domaines visés par les ODD les uns avec les autres, pour limiter les effets négatifs que la mise en œuvre de l'un d'entre eux pourrait avoir sur les autres. Et puis surtout, à l'inverse, pour inventer des synergies positives. Et là encore, les exemples sont multiples. Si vous mettez en œuvre l'initiative "4 pour 1000" dont on vous parlera, qui consiste à essayer d'augmenter la capacité des sols à stocker du dioxyde de carbone, eh bien vous faites d'une pierre deux coups. Vous limitez, vous atténuez les émissions de gaz à effet de serre qui alimentent le réchauffement climatique, mais en même temps — à condition d'avoir les pratiques agroécologiques appropriées en accompagnement — vous améliorez la productivité agricole et vous faites du bien sur toute une série d'autres ODD.

Si vous préservez la biodiversité et les récifs coralliens dans le cadre des ODD, vous améliorez aussi une gestion plus durable des ressources halieutiques qui, dans beaucoup de pays du monde, constituent la principale source de protéines pour les populations, et souvent, la principale source d'activités économiques dans les zones côtières, et ainsi de suite.

Et donc, il faut à la fois comprendre les risques potentiels de contradiction entre la mise en œuvre des différentes politiques inspirées par les ODD et en même temps rechercher au maximum les synergies entre elles.

Un des derniers exemples qui est très important, et qui d'ailleurs est dans la continuité des Objectifs du Millénaire : si vous permettez aux petites filles et aux jeunes filles d'accéder mieux à l'éducation, d'abord à l'éducation primaire, puis aux autres niveaux d'éducation, non seulement c'est bien pour l'égalité hommes-femmes, mais c'est aussi très bien pour la productivité de l'économie, pour l'amélioration du marché du travail et des activités économiques, y compris dans le secteur informel, et c'est aussi très très bon pour la santé des femmes et de leurs enfants.

Contributeurs

Malcom Ferdinand

CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique

Charles Trottmann

directeur du département des Trois Océans, AFD - Agence française de développement

Daniel Hierso

président d'Outre-Mer Network

Jean Merckaert

Directeur Action Plaidoyer France Europe à Secours Catholique-Caritas France

Jean-Paul Moatti

Professeur Emerite, Université Aix-Marseille

Jean-Michel Severino

Henri Waisman

Sarah Marniesse

AFD - Agence française de développement

Francine PELLAUD

Haute École Pédagogique de Fribourg (Suisse)

Yacine Badiane Ndour

Philippe Solano

Jean-Luc Chotte

Aline Tribollet

directrice de recherche, IRD - Institut de Recherche pour le Développement

Nyls de Pracontal

président du groupe Outre-mer du comité français de l'UICN

Jean-Michel Zammite

directeur des Outre-mer, OFB - Office Français de la Biodiversité

François Hermet

Université de La Réunion

Sara Briolin

présidente de Femmes en Devenir

Yves Martin-Prével

directeur de recherche, IRD - Institut de Recherche pour le Développement

Jérôme Roch

directeur régional - Guadeloupe, ADEME

Julien Demenois

chargé de mission "4 pour 1000", CIRAD - Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement

Claire Chignoli

ingénieure "économie circulaire et déchets", ADEME

Sarra Gaspard

professeure, Université des Antilles

Mélanie Perche

coordinatrice du REGAL Réunion

Jaëla Devakarne

coordinatrice d'Isopolis

Vincent Jacob

chercheur, CIRAD - Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement

Lucile Reboul

Goût Nature

Betty Law-Weng-Sam

USEP Nord Réunion

Cléa Brunette

Assistante de projet au sein d'Unite Caribbean

Harry Ozier-Lafontaine

directeur de recherche, INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement

Annick Comier

maire de la commune de Fonds-Saint-Denis en Martinique

Maylis Douine

médecin chercheur au Centre d'investigation clinique Antilles-Guyane

Caroline Edant

cheffe de projet Biodiversité, AFD - Agence française de développement

Mahé Charles

coordinateur technique du Secrétariat de l'initiative Kiwa

Olivier Dangles

directeur de recherche, IRD - Institut de Recherche pour le Développement

Tchico Souffou

chargé d'opération construction de la mairie de M'Tsangamouji à Mayotte

Matthieu Lhoste

directeur des travaux et de l'entretien de la mairie de M'Tsangamouji à Mayotte

Hubert Géraux

expert "Conservation & Plaidoyer Nouvelle-Calédonie", WWF France

Thibaud Bizien

cofondateur de Caledoclean

Justin Daniel

professeur, Université des Antilles