Aller au contenu principal

Description

Les territoires français d'Outre-mer doivent aujourd'hui relever plusieurs défis, touchant aussi bien les aspects écologiques, économiques ou sociaux. Cet ensemble de vidéos permet de mieux comprendre ce besoin de développement durable dans les Outre-mer, et il vise à montrer que des personnes et des acteurs sont déjà engagés autour de ces questions, et ce sur tous les territoires ultramarins.

Objectifs d'apprentissage :
- Comprendre la diversité des points de vue qui existent quand on parle de développement durable dans les Outre-mer.
- Découvrir les 17 Objectifs de Développement Durable.
- Comprendre les caractères universels et indivisibles des 17 Objectifs de Développement Durable
- Appréhender les enjeux de développement durable les plus saillants pour les Outre-mer.
- Découvrir des personnes et des structures, dans tous les Outre-mer, engagées pour l'atteinte des Objectifs de Développement Durable.
- Comprendre l'importance des partenariats et de la coopération dans la mise en place de projets de développement durable.
- Comprendre les freins et les leviers pour la mise en place, par les différents acteurs du territoire, de projets de développement durable.

État

  • Labellisé

Langues

  • Français

Licence Creative Commons

  • Partage des conditions à l'identique
  • Pas d'utilisation commerciale
  • Pas de modification

Nature pédagogique

  • Cours
  • Entretiens et témoignages

Niveau

  • Bac
  • Bac+3

Objectifs de Développement Durable

  • 1. Pas de pauvreté
  • 10. Inégalités réduites
  • 11. Villes et communautés durables
  • 17. Partenariats pour la réalisation des objectifs

Thèmes

  • Institutions, acteurs, sociétés et territoires

Types

  • Parcours thématique

Mots-clés

Outre-merODDinitiativedéveloppement durabletransition écologiquebiodiversitéentreprisesassociationspartenariatpollutioninégalitésalimentationtransition énergétiquepolitiques territorialesscience
  • Le réseau REGAL pour éviter le gaspillage alimentaire à la Réunion
  • Le projet Isopolis pour expérimenter un nouveau modèle sociétal à la Réunion
  • Des plantes pièges pour lutter contre le foreur des tiges de canne à la Réunion
  • Promouvoir la coopération entre organisations de la société civile pour la résilience climatique dans la Caraïbe : le projet Karayib Klima
  • Le Pôle d'innovation Synergile pour promouvoir l'Ecologie industrielle et territoriale en Guadeloupe
  • Le Lasotè, un principe d'entraide pour la gouvernance locale à Fonds-Saint-Denis (Martinique)
  • Le projet Malakit pour lutter contre le paludisme en Guyane
  • L'initiative Kiwa pour soutenir les Solutions fondées sur la Nature dans le Pacifique
Télécharger le fichier

Le Pôle d'innovation Synergile pour promouvoir l'Ecologie industrielle et territoriale en Guadeloupe
par Harry Ozier-Lafontaine, directeur de recherche à l'INRA

Le Pôle d'innovation Synergîle est une association de type loi 1901, donc à but non lucratif, qui regroupe une soixantaine d'adhérents. Ce pôle d'innovation ambitionne à la fois d'être une interface active entre les acteurs du secteur socio-professionnel, bien sûr, mais aussi du monde institutionnel et de la recherche. C'est aussi un pôle qui se veut être un catalyseur pour booster les capacités de développement du potentiel d'innovation des acteurs du territoire en créant plus de synergie entre ses acteurs. 

1. Le pôle d’innovation Synergile
Ce pôle est positionné sur ce qu'on appelle les transitions écologiques et énergétiques, et il le fait en partenariat avec deux pôles de compétitivité. L'un est situé dans l'Hexagone, c'est Capenergies, qui travaille sur les énergies renouvelables. L'autre pôle, Qualitropic, est situé à La Réunion et il est devenu en 2020 le pôle de la bioéconomie des Outre-mer. L'objectif du pôle d'innovation Synergîle est d'accompagner les entreprises, quelles qu'elles soient, grandes, moyennes ou petites, pour les accompagner dans leurs démarches d'adaptation énergétique, économique et d'innovation. La finalité de ce pôle est de rechercher des solutions adaptées aux besoins de ces entreprises pour qu'elles réussissent leur transition économique et écologique. Ils cherchent également à appuyer ces acteurs dans leur insertion dans des projets de recherche et d'innovation. Pour cela, pour ce faire, le pôle s'appuie sur six départements.
•    Le premier, c'est le département Innov, ingénierie de l'innovation énergie et matériaux.
•    Le second, c'est Guadeloupe mobilité durable.
•    Le troisième, c'est le Réseau bâtiment durable.
•    Il y a deux départements qui se sont constitués en observatoires.
o    Le département OREC, qui est l'Observatoire régional de l'énergie et du climat.
o    Et le second, c'est l'Observatoire régional des déchets et de l'économie circulaire, l'ORDEC.
•    Et le sixième pôle, c'est l'économie industrielle et territoriale qui constitue le thème d'aujourd'hui.
Le pôle d'innovation est financé par ses adhérents, mais il reçoit également des subventions, principalement de la région Guadeloupe, de l'ADEME et d'autres structures.

2. Le département Ecologie industrielle et territoriale (EIT)
Le pôle d'innovation Synergîle s'inscrit comme un acteur majeur du lancement de l'opération écologie industrielle et territoriale, avec un ensemble de partenaires. Un territoire comme la Guadeloupe est un territoire insulaire qui est très dépendant vis-à-vis des ressources extérieures en matières premières, bien sûr, mais aussi en tant qu'exutoire pour les déchets. Donc la Guadeloupe est un territoire très vulnérable sur ce sujet. 

L'EIT a pour défi de rechercher une meilleure valorisation, une optimisation de la valorisation des déchets qui sont, jusqu'à maintenant, véritablement inexploités. L'écologie industrielle et territoriale, l'EIT, constitue l'un des leviers majeurs de l'économie circulaire. À destination des entreprises et des collectivités de la Guadeloupe, bien entendu, pour chercher à optimiser ce qu'on appelle les flux de matière et d'énergie sur le territoire, en recherchant une meilleure synergie entre acteurs.

La démarche d'écologie industrielle territoriale s'inscrit dans les enjeux stratégiques de la trajectoire 5.0, soutenue par le ministère de l'Outre-mer, et dans les objectifs du développement durable, à savoir les objectifs 8, 9, 11, 12, 13 et 17.

3. Partenariats liés à la démarche d’EIT
Cette initiative comporte quatre objectifs essentiels. Le premier, c'est chercher à économiser l'approvisionnement en matières premières. Le second, c'est de veiller à transformer mieux les déchets en ressources. Le troisième objectif vise à réduire les coûts en recherchant une meilleure mutualisation des biens, des services et des ressources humaines. Et le quatrième objectif vise à générer une amélioration des performances environnementales.

Pour atteindre l'objectif zéro déchets en 2035, ces démarches vont reposer sur une dynamique partenariale forte. Pour ce faire, Synergîle s'inscrit comme un acteur majeur pour créer de la porosité entre ce qu'on appelle le partenariat académique et le partenariat non académique, c'est-à-dire les entreprises, les collectivités, la société civile, les communautés d'agglomération, etc. En termes de partenariat, le pôle d'innovation Synergîle a structuré un partenariat associant la région Guadeloupe, l'ADEME, la DEAL, la DIECCTE, l'AFD, l'Agence française de développement. Des entreprises : la SARA, le Grand Port Maritime, Gardel, Albioma, SOGETRA, et puis, comme partenaires académiques, INRAE Antilles Guyane. C'est ce consortium qui se concentre, se réunit, pour décider des orientations, à la fois stratégiques et organisationnelles de la démarche EIT.

4. Exemples d’actions d’EIT
Plusieurs actions emblématiques sont conduites dans ce cadre et qui se cristallisent autour de quatre projets. À titre d'exemple, le premier projet, c'est ce qui se passe autour de la filière Canne Sucre Rhum, qui associe GARDEL à la société ALBIOMA, avec un challenge fort autour de l'énergie. Le second projet, c'est Palett'île, qui vise à échanger, mutualiser et mieux valoriser les palettes entre différentes entreprises. Il y a un enjeu très important pour la Guadeloupe à ce niveau. Le troisième projet s'intitule Tri 5 flux, il a pour ambition de générer une gestion optimisée des déchets entre les entreprises. La dernière action emblématique s'appelle Karu Exchange, elle a pour ambition de développer une plateforme d'échanges qui viserait à faciliter les échanges entre acteurs pour la gestion des ressources et des déchets.

5. Conclusion
L'enjeu de la démarche qui a été lancée en Guadeloupe via l'action conduite par Synergîle, c'est véritablement de renforcer la compétitivité du territoire et les bénéfices environnementaux. En créant, en suscitant un lien plus fort entre les enjeux à la fois économiques, mais aussi environnementaux. Le renforcement de la compétitivité du territoire est contingent, on va dire, du renforcement, des interactions entre acteurs pour créer de l'emploi sur les territoires, et aussi inscrire ces emplois dans des filières locales qui favorisent la valorisation des ressources locales. La finalité de la démarche enclenchée via Synergîle est de créer une véritable force de frappe sur la zone de Jarry, qui réunit 3 500 entreprises à caractère commercial ou industriel sur une surface de 300 hectares. L'idée est de faire de cette zone pilote une zone inspirante pour extrapoler cette démarche sur d'autres territoires, et irriguer les dynamiques qui pourraient se mettre en œuvre.

Contributeurs

Malcom Ferdinand

CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique

Charles Trottmann

directeur du département des Trois Océans, AFD - Agence française de développement

Daniel Hierso

président d'Outre-Mer Network

Jean Merckaert

Directeur Action Plaidoyer France Europe à Secours Catholique-Caritas France

Jean-Paul Moatti

Professeur Emerite, Université Aix-Marseille

Jean-Michel Severino

Henri Waisman

Sarah Marniesse

AFD - Agence française de développement

Francine PELLAUD

Haute École Pédagogique de Fribourg (Suisse)

Yacine Badiane Ndour

Philippe Solano

Jean-Luc Chotte

Aline Tribollet

directrice de recherche, IRD - Institut de Recherche pour le Développement

Nyls de Pracontal

président du groupe Outre-mer du comité français de l'UICN

Jean-Michel Zammite

directeur des Outre-mer, OFB - Office Français de la Biodiversité

François Hermet

Université de La Réunion

Sara Briolin

présidente de Femmes en Devenir

Yves Martin-Prével

directeur de recherche, IRD - Institut de Recherche pour le Développement

Jérôme Roch

directeur régional - Guadeloupe, ADEME

Julien Demenois

chargé de mission "4 pour 1000", CIRAD - Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement

Claire Chignoli

ingénieure "économie circulaire et déchets", ADEME

Sarra Gaspard

professeure, Université des Antilles

Mélanie Perche

coordinatrice du REGAL Réunion

Jaëla Devakarne

coordinatrice d'Isopolis

Vincent Jacob

chercheur, CIRAD - Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement

Lucile Reboul

Goût Nature

Betty Law-Weng-Sam

USEP Nord Réunion

Cléa Brunette

Assistante de projet au sein d'Unite Caribbean

Harry Ozier-Lafontaine

directeur de recherche, INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement

Annick Comier

maire de la commune de Fonds-Saint-Denis en Martinique

Maylis Douine

médecin chercheur au Centre d'investigation clinique Antilles-Guyane

Caroline Edant

cheffe de projet Biodiversité, AFD - Agence française de développement

Mahé Charles

coordinateur technique du Secrétariat de l'initiative Kiwa

Olivier Dangles

directeur de recherche, IRD - Institut de Recherche pour le Développement

Tchico Souffou

chargé d'opération construction de la mairie de M'Tsangamouji à Mayotte

Matthieu Lhoste

directeur des travaux et de l'entretien de la mairie de M'Tsangamouji à Mayotte

Hubert Géraux

expert "Conservation & Plaidoyer Nouvelle-Calédonie", WWF France

Thibaud Bizien

cofondateur de Caledoclean

Justin Daniel

professeur, Université des Antilles