Aller au contenu principal

Description

Michel Saint-Jalme, maître de conférences au Muséum national d'Histoire naturelle et directeur de la Ménagerie, le Zoo du Jardin des Pantes, explique dans cette vidéo ce qu'est la conservation ex situ d'espèces animales et met en lumière les 3 grandes missions de ce réseau mondial de parcs zoologiques : la conservation, la recherche et l'éducation.

État

  • Labellisé

Langues

  • Français

Licence Creative Commons

  • Pas d'utilisation commerciale
  • Pas de modification
  • Paternité

Mentions Licence

  • Sciences de la vie

Nature pédagogique

  • Cours

Niveau

  • Bac+2
  • Bac+3

Objectifs de Développement Durable

  • 15. Vie terrestre
  • 4. Education de qualité

Thèmes

  • Ecosystèmes et biodiversité
  • Education à l'environnement et au développement durable

Types

  • Grain audiovisuel

Mots-clés

conservationbiodiversitééducation à l'environnementparc zoologique
Préserver la biodiversité demain
Préserver la biodiversité demain
Biodiversité et santé, amies ou ennemies
Biodiversité et santé, amies ou ennemies
One Health, une nouveauté ?
One Health, une nouveauté ?
Retour sur une expertise en sciences humaines et sociales sur le retour du loup en France (2017)
Retour sur une expertise en sciences humaines et sociales sur le retour du loup en France (2017)
S'inspirer du vivant
S'inspirer du vivant
Introduction à l'éthique animale
Introduction à l'éthique animale
Introduction au droit animal
Introduction au droit animal
Bien-être animal : les associations comme acteurs du changement politique
Bien-être animal : les associations comme acteurs du changement politique
Vivre demain avec les autres animaux : le témoignage d'un député français
Vivre demain avec les autres animaux : le témoignage d'un député français
Les relations humains-prédateurs en France
Les relations humains-prédateurs en France
Quelle valeur donner aux animaux vivants ?
Quelle valeur donner aux animaux vivants ?
Intégrer l’animal et l’éthique animale à l’école
Intégrer l’animal et l’éthique animale à l’école
Nous et les autres animaux demain : approche philosophique
Nous et les autres animaux demain : approche philosophique

Contributeurs

Michel Saint-Jalme

MNHN - Muséum national d'Histoire naturelle

Télécharger le fichier

Michel Saint-Jalme, Maître de conférences au MNHN, directeur du Zoo du Jardin des Pantes

Le propos de mon intervention est de parler du rôle des parcs zoologiques dans l’éducation des publics et la conservation de la biodiversité. Le contexte en est le déclin de cette biodiversité liée à la déforestation, à la fragmentation des habitats, à la surexploitation des ressources biologiques, à l’introduction d’espèces exotiques, l’urbanisation, les polluants environnementaux ou encore le réchauffement climatique.

Les solutions pour préserver cette biodiversité sont d’abord in situ : identifier les problèmes, légiférer, réglementer, protéger les habitats, les restaurer, à travers des réserves naturelles qui peuvent être, au niveau international, des réserves de biosphère, ou national, des parcs nationaux ou encore des réserves naturelles. Pour un certain nombre d’espèces, cependant, les menaces sont difficiles à contrôler, en particulier quand il s’agit de la disparition des habitats. Il est souvent impossible d’assurer la survie de ces espèces sans des mesures alternatives. C’est là qu’intervient ce qu’on appelle la conservation ex situ.

La conservation ex situ est définie dans la Convention sur la diversité biologique comme "la préservation d’une composante de la diversité biologique en dehors de son habitat naturel". Cette conservation ex situ, en fonction du statut de conservation de l’espèce concernée, ses objectifs peuvent être définis à court terme, à long terme ou à moyen terme. Il s’agit d’élevages conservatoires ou de propagation, de renforcements de population ou de réintroductions, de banques de gènes ou encore de recherches appliquées à cette conservation.

Pour un petit nombre d’espèces décimées par la chasse ou l’exploitation excessive, dès lors que les menaces sont contrôlées, on peut envisager des programmes de réintroduction. Des espèces emblématiques qui ont été réintroduites sont par exemple l'oryx d’Arabie, ou le tamarin-lion doré ou encore le cheval de Przewalski.

Cependant, lorsque les mesures in situ ont échoué et qu’aucune possibilité de réintroduction n’est envisageable, la seule chance de survie de ces espèces réside dans des plans d’élevage en captivité. C’est là qu’interviennent les parcs zoologiques qui se dénombrent à 1200 à travers le monde, et qui reçoivent 700 millions de visiteurs par an.

Ces parcs zoologiques sont structurés en association régionale. En Europe, cette association se nomme l’EAZA, European Association of Zoos and Aquaria. Elle a été fondée en 1988 et reconnue comme d’utilité pour la conservation de la biodiversité en 1993 par l’UICN, l’Union mondiale pour la nature. À travers the World Zoo Conservation Strategy, rédigé en 1993, on définit trois grandes missions pour les parcs zoologiques :

• l’éducation, qui est la prioritaire,

• la conservation

• la recherche.

Ces trois missions sont également définies au niveau législatif, par tout d’abord la directive 22 de 1999, puis par l’arrêté du 27 mars 2004 qui fixe les règles générales de fonctionnement et les caractéristiques générales des installations et des établissements zoologiques.

Les objectifs de ces programmes coopératifs d’élevage sont de maintenir, dans les populations captives, le maximum de diversité génétique existant dans les populations sauvages. On s’est donné pour objectif de préserver 90 % de la diversité génétique sur une période de 100 ans. Cela est possible avec des populations comprises entre 250 et 500 individus. Ces programmes fonctionnent grâce à un coordinateur dont la mission va être, en premier, d’établir le studybook, c’est-à-dire le livre généalogique, d’inventorier tous les spécimens en captivité, d’inventorier tous les ascendants jusqu’aux ancêtres sauvages qu’on appelle les fondateurs, et d’établir les liens de parenté entre l’ensemble de ces individus. Cela va permettre ensuite d’analyser la structure démographique et génétique de la population, de formuler les recommandations d’élevage et les directives d’entretien, de prescrire les appariements et les échanges entre les parcs zoologiques, et d’établir un plan de gestion à long terme, avec une taille cible de population qui sera définie en fonction de la diversité génétique souhaitée. Comment ces programmes d’élevage fonctionnent théoriquement ?

Imaginons une population sauvage dans laquelle on va extraire un certain nombre d’individus qu’on va appeler les fondateurs. Les généticiens nous recommandent d’en extraire 50 au hasard, sachant que statistiquement, ces individus vont représenter 99 % de la diversité génétique de la population d’origine. Ensuite, on va reproduire ces individus en faisant en sorte de maximaliser la représentation de chacun des fondateurs, jusqu’à atteindre une phase stabilisée comprise entre 250 et 500 individus qu’on va maintenir le plus longtemps possible, pour l’objectif final de 90 % minimum de cette variabilité génétique sur une période de 100 ans.

Un total de 402 espèces est concerné par ces programmes de conservation ex situ. Ces programmes sont réalisés grâce à 355 zoos en Europe issus de 44 pays. Ils concernent 60 % de mammifères et 31 % d’oiseaux.

Une autre des missions principales associées à la conservation de la biodiversité est la recherche appliquée. Cette recherche appliquée à la conservation peut se décliner de différentes manières. J’ai choisi de parler de celles en relation avec le bien-être animal, le bienêtre animal étant une des priorités aujourd’hui dans les parcs zoologiques européens. Ces études sont destinées à évaluer et améliorer le bien-être à travers différentes méthodes liées à l’enrichissement environnemental ou encore comportemental. Cet enrichissement peut être structurel, social, alimentaire, sensoriel, cognitif et appliqué grâce à des entraînements qui au départ étaient médicaux, mais maintenant destinés essentiellement à renforcer le lien entre l’homme et l’animal.

La mission essentielle des parcs zoologiques est l’éducation à l’environnement, en particulier essayer de reconnecter le citadin à la nature, sachant que des études de 2016 ont montré qu’en ce début de 21e siècle, nous avions une certaine déconnexion à la nature, en particulier en ville. Pour répondre à ces questions du message éducatif transmis dans les parcs zoologiques, j’ai co-encadré une thèse d’Agathe Colléony en 2016, avec un certain nombre de questions comme : quelle nature perçoivent les visiteurs ? Les zoos reconnectent-ils les citadins à la nature ? Les zoos sensibilisent-ils à la conservation de la biodiversité ?

Nous avons obtenu un certain nombre de réponses. Par exemple, les visiteurs des zoos ont une préoccupation plus élevée pour la biodiversité que les visiteurs des parcs urbains. Néanmoins, une seule visite au zoo ne reconnecte pas à la nature, mais les visiteurs réguliers sont plus connectés par la biodiversité que les autres. La visite au zoo ne modifierait pas la connexion à la nature, car cette connexion serait issue d’un processus complexe dans lequel l’expérience de nature pendant l’enfance aurait un impact prépondérant. La visite au zoo serait un événement fondateur de l’enfance. Le zoo, pour le citadin, pourrait être un substitut à cette expérience de nature. Cela donnerait au zoo une responsabilité éducative très importante. La visite pourrait augmenter l’intérêt pour la biodiversité. Donc les zoos auraient un fort potentiel pour l’éducation à l’environnement.