Aller au contenu principal

Description

Dans cette vidéo, Jean-Marc Lange discute des voies possibles et complémentaires pour accroître les capacités de transformation des individus dans une perspective de développement durable. Il en distingue trois : la voie dispositionnelle, la culture scientifique et la spiritualité.

État

  • Labellisé

Langues

  • Français

Niveau

  • Bac+4
  • Bac+5

Objectifs de Développement Durable

  • 4. Education de qualité

Types

  • Grain audiovisuel
Les représentations de l'éducation au développement durable
Les représentations de l'éducation au développement durable
Multi, pluri, inter ou transdisciplinarité pour une éducation en vue d’un développement durable ?
Multi, pluri, inter ou transdisciplinarité pour une éducation en vue d’un développement durable ?
Résoudre des problèmes complexes et gérer l'incertitude, un principe d'EDD à intégrer
Résoudre des problèmes complexes et gérer l'incertitude, un principe d'EDD à intégrer
La pédagogie de projet au cœur de l'éducation pour un développement durable
La pédagogie de projet au cœur de l'éducation pour un développement durable
Les cartes mentales en éducation au développement durable
Les cartes mentales en éducation au développement durable
Les cinq niveaux d'intégration de l’Éducation au développement durable dans les classes
Les cinq niveaux d'intégration de l’Éducation au développement durable dans les classes
L'éducation à l'environnement dans la formation des enseignants
L'éducation à l'environnement dans la formation des enseignants

Contributeurs

Jean-Marc Lange

Télécharger le fichier

Jean-Marc LANGE, Professeur des universités – Université de Rouen 

De quels repères disposons-nous pour penser un parcours éducatif au développement durable ?

•    Le premier point, est de penser elle-même l'idée de développement durable. 
    Le développement durable est une idée politique et donc proactive, mobilisatrice et dans le contexte scolaire et le contexte éducatif, il convient de la penser en termes de développement humain sous contrainte environnementale.

•    Le deuxième point est de réfléchir à l'idée d'éducation.
    Trop souvent, l'éducation est pensée en termes de mise à disposition d'informations ou de communication ou de vulgarisation.

Bien plus profondément, sur ces questions, il s'agit d'un paramètre essentiel à l'idée même de développement, à l'idée de durabilité, parce qu'elle est à la fois source des difficultés ou des problèmes que nous rencontrons, mais elle est aussi solution.

    Donc, on a besoin de penser cette éducation en la déclinant vis-à-vis des objectifs suivants.
-    Le premier, c'est s'approprier les enjeux de développement et de durabilité ;
-    Le deuxième, ça serait de réfléchir aux implications de ces actes et décisions ;
-    Le troisième c'est d’élaborer collectivement des solutions, car celles-ci ne sont pas préinscrites ou prédéfinies, mais elles doivent être élaborées collectivement ;
-    et le dernier point serait de se confronter aux implications et aux contraintes de l'action collective.

Les textes officiels nous parlent d'éducation au choix, mais là encore il y a besoin de penser cette éducation au choix, car il y a besoin de prendre en compte le contexte du choix lui-même. Sinon, on risque de tomber dans un choix qui soit purement formel et qui serait très loin du choix réel qui concerne la liberté du sujet agissant.

    Il s'agit en fait, du point de vue éducatif, de construire un environnement dit « capacitant », c'est-à-dire un environnement qui donne à disposition et qui donne à voir et à vivre aux élèves une diversité de possibles et ce, dans une éthique qui est celle de la responsabilité collective.

Cette responsabilité collective, individuelle et collective, peut-elle être l'objet d'une éducation ?
Il semble pour nous qu’il y a trois voies possibles pour ce faire.
 
•    La première voie est une voix dite dispositionnelle, c'est-à-dire l'incorporation de dispositions, incorporer au fur et à mesure que l'on vit des situations éducatives.

•    La deuxième voie est celle de la culture, culture scientifique, étayage par les disciplines scientifiques qui permettent de mieux penser et de s'approprier le monde.

•    La troisième voie est celle que l'on peut qualifier de spirituelle, qui est une réflexion et un retour sur soi-même au moyen de la méditation et qui se permet de prendre conscience de l'écart qu'il y a entre ce que je suis, ce que je pense être et de réfléchir aux implications de cet écart et de ces lacunes qui existent.

    Ces trois voies ne sont pas des alternatives mais doivent être reliées en cours de moment de réflexivité à un objet critique qui permettent, par des retours sur le vécu, la vraie démarche éducative.

    Il s'agit en fait finalement pour ce parcours éducatif, de se mettre en situation, de se transformer soi-même et de transformer le monde. 

    Transformer soi-même et le monde, ça veut dire quoi ? Ça veut dire changer son rapport au monde, changer son rapport au vivant, changer son rapport à la nature, changer son rapport à soi et aux autres, changer son rapport aux sciences et aux techniques.

    Et puis, la finalité de l'ensemble, c'est celle de la réduction des inégalités, trop souvent pensées simplement sur le mode social, et aussi, il y a besoin d'adjoindre l’inégalité environnementale, l’inégalité de santé, qui peuvent faire les finalités de ce parcours éducatif au service d'un développement devenu durable.