Aller au contenu principal

Description

Dans cette vidéo (5'53), Catherine Figuière, maître de conférences à l'Université Pierre Mendès France, présente le rapport Brundtland qui, en 1987, fut le premier à proposer le concept de développement durable. Elle en précise le contexte, en analyse la portée à travers trois leçons, et conclut en discutant des limites de ce rapport.

État

  • Labellisé

Langues

  • Français

Licence Creative Commons

  • Pas d'utilisation commerciale
  • Pas de modification
  • Paternité

Mentions Licence

  • Histoire

Nature pédagogique

  • Cours

Niveau

  • Bac+1
  • Bac+2

Objectifs de Développement Durable

  • Les 17 ODD

Thèmes

  • Attendus Licence mention "Géographie/Aménagement"
  • Changements globaux
  • Gestion des ressources naturelles
  • Institutions, acteurs, sociétés et territoires
  • Les bases

Types

  • Grain audiovisuel

Mots-clés

développement durablerapport Brundtland
Profondeur historique des problèmes environnementaux
Profondeur historique des problèmes environnementaux
Le rapport Meadows (1972)
Le rapport Meadows (1972)
Origine et histoire du concept d'écodéveloppement
Origine et histoire du concept d'écodéveloppement
Le développement durable au sommet ? Les grandes conférences internationales de Stockholm à Rio+20
Le développement durable au sommet ? Les grandes conférences internationales de Stockholm à Rio+20
Les maux et les mots des problèmes écologiques contemporains
Les maux et les mots des problèmes écologiques contemporains
Développement durable : regards croisés entre Nord et Sud
Développement durable : regards croisés entre Nord et Sud
Le développement durable est-il une notion dépassée ?
Le développement durable est-il une notion dépassée ?

Contributeurs

Catherine FIGUIERE

UPMF - Université Pierre Mendès France

Télécharger le fichier

Catherine FIGUIERE, Maître de Conférences – Université Pierre Mendès France 

Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.

    Il s'agit de la définition la plus commune du développement durable, celle que l'on retrouve dans les textes officiels et qui sert de référence aux travaux académiques. Mais d'où sort-elle cette définition ?

    Elle a été proposée pour la première fois en 1987 dans le rapport BRUNDTLAND, la référence historique en matière de développement durable dont nous allons parler aujourd'hui.

Nous allons d'abord préciser quelques termes puis tirer des leçons et enfin revenir sur les limites et les atouts de ce rapport.
•    On l'appelle le rapport BRUNDTLAND. Son titre officiel lors de sa publication en anglais Our common future, en français Notre avenir à tous. Pourquoi rapport BRUNDTLAND ?
    Du nom de la présidente de la Commission mondiale pour l'environnement et le développement, Madame Gro Harlem BRUNDTLAND, qui était ministre norvégienne de l'environnement.

•    Deuxième précision, « développement durable », « sustainable development », en français le plus souvent « développement durable » mais parfois aussi « développement soutenable ». 
    Attention, ce terme n'est pas issu du rapport BRUNDTLAND mais d'un rapport de l'Union internationale de conservation de la nature publié en 1980.

Ce rapport de plus de 400 pages va révolutionner la façon de penser le développement. Sa motivation est de proposer des pistes de réflexion en partant du constat suivant : le monde ne fait pas face à des crises isolées : une crise de l'environnement, une autre du développement, une autre énergétique… Non, de crise, il n’y en a qu’une.

Donc venons-en aux leçons :

•    La première, leçon n°1, il faut désormais penser ensemble le développement et l'environnement. 

    « L'environnement c'est le lieu où chacun de nous vit et le développement est ce que nous essayons de faire pour améliorer notre sort à l'intérieur de ce même lieu. Les deux sont inséparables. »

    « Aujourd'hui, ce dont nous avons besoin c'est une nouvelle ère de croissance économique, une croissance vigoureuse et, en même temps, socialement et environnementalement durable. »

    On remarque dans cette citation du rapport que l'on retrouve les trois piliers du développement durable.

•    Leçon n°2. Il faut penser ensemble, les pays du Nord et les pays du Sud. On peut postuler ainsi un principe d'équité intragénérationelle. 

    « Notre avenir à tous », le rapport BRUNDTLAND, est bien un projet qui englobe le Nord et le Sud. Il propose un principe d'équité entre tous les hommes à l'intérieur d'une même génération.

    La responsabilité des pays du Nord est bien sûr reconnue dans le rapport mais on admet aussi que les pays du Sud ne peuvent emprunter la même voie. 

    Le Nord doit donc aider le Sud à se développer de manière plus durable qu'il ne l'a fait lui-même.

•    Leçon n°3. Il faut penser ensemble les générations futures et les générations présentes, dont on tire ce fameux principe d’équité intergénérationnelle.

    Le lien entre les générations passe par :
-    la qualité de l'environnement qu'on va laisser, 
-    la quantité de ressources naturelles et de réserves qu'on va laisser.

    C'est donc par la prise en compte de l'environnement que le développement s'inscrit dans le temps long, c'est par l'environnement que le développement devient durable.

Bien sûr, des critiques, des limites ont été adressées à ce rapport.

•    Tout d'abord, on lui reproche des définitions relativement vagues du développement durable.

    Selon Herman DALY, fondateur de l'économie écologique, le rapport ne fait pas la distinction entre développement et croissance pas plus qu'il ne prend position pour une durabilité forte ou faible. 

    Donc au total on lui reproche de ne pas avoir d'ancrage théorique précis.

    Pourtant c'est cette absence d'ancrage théorique qui va également constituer un atout.

    D'abord il va assurer la pérennité du rapport BRUNDTLAND et ensuite, chacun va pouvoir se l'approprier dans sa propre théorie, dans son propre corpus théorique.

Au final, gardons en mémoire l'humanisme de ce texte, ses intuitions et son idéalisme. 

L'harmonie est un des mots clés de ce rapport, harmonie entre les hommes et la nature, harmonie entre les hommes d'aujourd'hui et les hommes de demain.