Aller au contenu principal

Description

Durant le semaine du 12 au 16 octobre 2020, 1200 étudiants des trois écoles du Pôle Léonard de Vinci, l’ESILV, l’école d’ingénieurs généraliste, l’EMLV, l’école de management et l’IIM, l’école du digital, organisés en 226 équipes transversales, ont travaillé ensemble sur le thème de la sobriété numérique.

Détail

Une semaine de réflexion créative sur les conflits et les synergies potentielles entre numérique et environnement et un constat a été fait : il n’est pas si évident de prendre conscience de l’empreinte carbone du numérique, en lien direct avec l’envoi de mails, le stockage de données en ligne, ou encore à la consommation de séries en streaming, et il est presque impossible d’annuler l’impact négatif qu’a la multiplication des équipements digitaux  sur l’atmosphère et les écosystèmes.

Pour réduire leur empreinte carbone, les étudiants se sont tous engagés à une solution pour déployer la sobriété numérique. 

Par exemple, une application adaptée aux usages individuels de chaque utilisateur pourrait être proposée aux établissement d’enseignement supérieur pour sensibiliser les étudiants aux petits gestes individuels. Sur la base du volontariat, les utilisateurs de cette application accepteraient d’intégrer leur emploi du temps dans cette application afin de se voir proposer des plages de non-utilisation des outils numériques durant les cours. Un système de points bonus mis en place au niveau des établissements d’enseignement supérieur pourrait permettre de récompenser les étudiants les plus économes en ressources numériques.  Le but est de voir comment on peut utiliser tous ces appareils numériques à meilleur escient et d’une manière plus pertinente. Les applications de ce type peuvent aider pour réduire la pollution numérique dans les établissements. 

La conclusion a été de mettre en place une application qui supprime les notifications, qui « empêche » d’aller sur les réseaux sociaux pendant une période de cours ou de révision, pour aider les étudiants à se concentrer un peu plus sur leur cours et à utiliser moins le numérique. »

Former des ingénieurs responsables passe aussi par questionner le numérique, évaluer chaque solution en situation et aider à impulser la stratégie de sobriété numérique, une serie d’exercices auxquels se sont livrés les élèves-ingénieurs.

L’ESILV est signataire du manifeste Planet Tech’Care. Soutenir le numérique responsable dont l’objectif est de réduire l’empreinte environnementale du numérique.

En savoir plus

Type d'initiative

  • Organisation d'évènements