Aller au contenu principal

L’école sensibilise ses étudiants, à travers leurs créations, à la gestion des déchets

École Supérieure d'Art et de Design (ESAD) de Reims

Voir les formations

Description

L’ESAD de Reims sensibilise ses étudiants à la gestion des déchets en créant une récupérathèque au sein de son école et en participant à un projet artisitique au sein d'un centre de tri des déchets.

Détail

Afin de permettre à ses étudiants d’utiliser des matériaux de récupération pour leurs créations et ainsi réduire les déchets et le gaspillage pour la préservation de l’environnement, l’ESAD de Reims souhaite créer une récupérathèque au sein de son école. Une Récupérathèque est un magasin collaboratif de matériaux de réemploi au sein d’une école de création (arts, architecture, design, stylisme, arts de la scène, etc) fonctionnant avec sa propre monnaie ou son propre système d’échange, et visant à favoriser la durabilité, la solidarité, et la création de lien social. Une Récupérathèque favorise la durabilité (en fournissant des matériaux de réemploi pour tous, en revalorisant les déchets), la solidarité (en permettant aux étudiants de réduire drastiquement leurs coûts d’acquisition de matériaux), et crée du lien social (en mettant en place une économie ultra-locale de volontaires échangeant des matériaux, en étant un lieu d’apprentissage et de conseils techniques, …). Plusieurs écoles ont créé leur récupérathèque.

Pour créer cette récupérathèque, l’ESAD de Reims organiseun workshop de 5 jours (du 3 au 7 mai 2021), avec la Fédération des Récupérathèques pour aborder les thématiques suivantes : le cycle de vie d’un matériau, le réaménagement de la récupérathèque, les collectes challenge, et le travail en équipe et l’organisation nécessaires au bon fonctionnement de la récupérathèque. 

 

L’entreprise Veolia s’est rapprochée de l’ESAD de Reims afin de réaliser une fresque murale sur la façade de son centre de tri de Saint-Brice-Courcelles dans le cadre d’un concours organisé auprès des étudiants de 2e et 3e année de la promotion 2018-2019. Le choix de cet habillage original pour un bâtiment industriel témoigne de la volonté d’intégration de l’entreprise dans son environnement local. Veolia a souhaité également promouvoir la création locale et encourager les jeunes talents dans leur démarche d’exploration artistique. Les étudiants ont donc découvert ce centre de tri et ses activités.

Le projet intitulé « Forme de l’informe » a commencé en demandant aux élèves un travail de dessin d'observation par un exercice appelé « des bouts de rien », à partir d'objets recyclables du quotidien (plastique, papier, ...). Les étudiants ont dû prendre en compte les contraintes de la commande (format, site, message…). Individuellement ou en groupe, ils ont travaillé sur des propositions et des médiums très différents. Parmi la quinzaine de projets présentés, c’est celui d’Adéomi Souleymane (3e année art), sur la fresque murale en milieu urbain, qui a été choisi en septembre 2019. Si un seul projet a été retenu, sa réalisation a été collégiale, avec l’ensemble des étudiants.

Son projet Plan vertical s’articule autour d’une vue aérienne du site, redessinée d’après Google Maps. La jeune artiste Adéomi Souleymane a souhaité projeter l’espace en 2D, révélant le site de Veolia comme au fil d’une visite qui donnerait à découvrir et à lire son activité de tri des déchets. Le dessin aux traits fins évoque un style volontairement épuré, accompagné de gouttes d’encre de différentes couleurs qui viennent légender et mettre en valeur les différents types de matières recyclées par l’entreprise.

En savoir plus

Label

  • Agir ensemble

Type d'initiative

  • Dans l'enseignement