Aller au contenu principal

Description

Fortement engagée pour un développement responsable, CentraleSupélec a choisi, pour donner plus d’ampleur et d’impact à ses actions, de positionner l'un de ses quatre sites en France sur ces enjeux. Le campus de Metz, situé au cœur de l’Europe, devient ainsi "l'Atelier des transitions", plateforme d’innovation et de mise en réseau.

Détail

L’Atelier des transitions, un laboratoire pédagogique pour CentraleSupélec

Lancé à la rentrée 2020, l’Atelier des Transitions se positionne comme un laboratoire, en premier lieu pédagogique, visant à accélérer et amplifier les actions que CentraleSupélec conduit sur les enjeux de développement responsable. 

Avec une approche pluridisciplinaire mêlant les domaines technologiques, économiques, politiques et sociaux, l'Atelier des transitions expérimente des dispositifs pédagogiques innovants.  Ainsi, à la rentrée 2021, le campus de Metz a accueilli la première promotion de la Shift Year. Ce programme vise à préparer des jeunes à agir de manière plus pertinente et plus efficace en faveur d’un avenir soutenable, éthique, solidaire. Pour cela, il déploie une pédagogie fondée sur l’action et l’interdisciplinarité, en faisant travailler collectivement, sur des projets concrets, des étudiants de niveau M1 ou M2 venus de tous les champs disciplinaires. 

L’Atelier des transitions, un lieu physique situé à un carrefour européen

L’Atelier des transitions est avant tout un campus physique, présentant plusieurs caractéristiques adaptées aux objectifs poursuivis.
Tout d’abord, sa taille (50 personnels, capacité d’accueil d’environ 300 étudiants) lui confère l’agilité requise pour déployer rapidement des innovations. Elle est en fait un lieu de forte proximité entre personnel et étudiants, ouvert sur l’extérieur. Ainsi, la gouvernance de tous les projets portés par l’Atelier des transitions implique personnel, étudiants, partenaires extérieurs, dans une logique de co-construction avec toutes les parties prenantes, et en particulier, les bénéficiaires.   

Devenant l’Atelier des transitions, le campus a vocation à centrer progressivement ses activités sur les enjeux de développement durable et de responsabilité sociétale. Cela s’incarnera dans tout ce qui fait l’identité d’un campus : ses activités de formation, recherche, diffusion de la culture scientifique et technique, mais également dans ses locaux, ses environnements de travail et dans la vie collective. 

Pour s’inscrire dans cette dynamique, le campus tire profit de sa situation transfrontalière, l’échelle européenne étant particulièrement pertinente pour traiter les questions environnementales. L’Atelier des transitions tisse ainsi des partenariats avec l’Université du Luxembourg, ainsi qu’avec des établissements en Belgique et en Allemagne également positionnés sur les enjeux de développement durable. 

L’Atelier des transitions, une plateforme pour mettre en synergie les acteurs

Les solutions ne pouvant venir que de la mobilisation de tous les acteurs concernés, l’Atelier des transition œuvre à leur mise en réseau. Les notions d’intérêt général, de biens communs, d’utilité sociale irriguent toutes les initiatives de l’Atelier des transitions. Traditionnellement très proche des entreprises, CentraleSupélec élargit ainsi ses partenariats à d’autres profils d’acteurs, en particulier des structures de l’économie sociale et solidaire et des décideurs publics. Compte tenu du rôle clé, structurant, joué par les politiques publiques, à l’échelle locale, nationale, européenne, l’Atelier des transitions a d’ores et déjà noué des partenariats avec les collectivités territoriales ainsi qu’avec l’État. Il entend poursuivre cette dynamique et devenir une plateforme de coopération entre acteurs publics et privés.
 

En savoir plus

Type d'initiative

  • Stratégie de l'établissement