Aller au contenu principal

Cours transversal "Humanités écologiques"

Université Paul Valery Montpellier 3

Voir les formations

Description

L’université Paul-Valéry a ouvert, en septembre 2022, un enseignement transversal en licence intitulé "Humanités écologiques". Il s'agit d'un enseignement transversal (de 18h, 2 ECTS par semestre) proposé aux étudiants durant les trois années de la licence.

Détail

Les Humanités écologiques constituent un champ interdisciplinaire émergent dans les sphères de la recherche et de l'enseignement, dont les travaux visent à repenser les rapports entre l’être humain et son environnement, entre « nature » et « culture », en construisant une nouvelle éthique de la connectivité.

Chaque module semestriel offre un regard pluridisciplinaire sur les enjeux de la transition socio-écologique, en combinant les apports : des sciences de la vie et de l'environnement, des sciences humaines et sociales, et des lettres, des langues et des arts.

Le cours met l'accent sur l'appropriation concrète et sensible des savoirs, la créativité et l'engagement, avec un large panel d'activités (sciences participatives, narrations, exercices attentionnels, créations, visites, rapport d'expérience… ).

Interroger son rapport à l'environnement, élargir son champ des représentations du vivant, donner la voix aux non-humains, s'inspirer des peuples premiers, précurseurs de la préservation de l'environnement, diminuer l'impact écologique par la participation citoyenne, aiguiser son sens critique face à la communication "verte", entrevoir des solutions alternatives plus justes et durables, prendre soin et partager, restaurer des liens sensibles par des "histoires vraies" des lieux et des écosystèmes… sont autant de thèmes par lesquels la question écologique est déclinée dans les six modules de l'option.

Les thématiques de chaque semestres sont :

Semestre 1 « Voir et comprendre les enjeux socio-écologiques » : apprendre à voir et à comprendre la biodiversité dans tous ses états, en particulier les relations entre les êtres vivants et leurs milieux de vie (physique, social, etc.). Plusieurs approches disciplinaires (biologie, écologie, sociologie, géographie, archéologie, histoire de l’art, droit) sont présentées afin de raisonner ensemble, par le biais de l’analyse de concepts-clés et de cas d’études, sur les principaux enjeux socio-écologiques concernant la préservation de la biodiversité, et plus largement sur nos modes de vie et notre organisation socio-politique, mis en cause dans un contexte de crise écologique. Connaître le passé doit nous permettre de mieux comprendre le présent et nous projeter dans l’avenir.

- Semestre 2 « Le monde en commun, le monde des communs » : À partir de textes journalistiques, scientifiques, juridiques ou littéraires, les enseignements dispensés dans ce semestre sont destinés à sensibiliser les étudiants aux différentes composantes de l’environnement et à établir un diagnostic des impacts anthropiques. Un décryptage des relations humains - environnements, destiné à mettre en lumière les points de tension comme les possibilités d’ajustement ou de solutions pour une collaboration durable, sera proposé sur la base d’exemples concrets.

- Semestre 3 « Penser, dire et représenter le vivant » : L'objectif de l'enseignement de ce semestre est triple : (i) provoquer une rencontre (physique et intellectuelle) avec des êtres de la nature, grâce à l'observation directe et la médiation par les arts,  (ii) élargir son champ des représentations du vivant, notamment par des apports ethnologiques, historiques, juridiques et linguistiques, (iii) saisir les ressorts et l'importance des pratiques narratives pour construire de nouvelles histoires de lieux et d'écosystèmes, en explorant l’écriture de la nature (mythes, romans, poésie…) à travers le monde.

- Semestre 4 « Bien vivre ensemble » : Dans ce semestre, les étudiant(e)s sont invité.e.s à ouvrir leurs regards envers les êtres vivants, humains et non-humains, faune et flore, à se questionner sur le rôle de l’humain en relation avec le vivant dont il dépend, dont il fait partie, mais qu’il domine ou exploite dans certains cas. Ils découvriront les principes de l’agroécologie et la permaculture avec des applications concrètes dans différents lieux du monde. Ils se questionneront sur la vulnérabilité des animaux, sur les idéaux du militantisme et activisme visant la résolution des enjeux des crises climatiques...

- Semestre 5 « Revenir sur Terre : adaptation et résilience » : L’objectif de ce semestre sera, dans un premier temps, de montrer comment, en s’inspirant de modèles et de cultures aussi éloignées de nous que peuvent l’être les sociétés de l’antiquité ou les peuples premiers, il est possible non seulement de développer des techniques agricoles alternatives et respectueuses de l’environnement, mais aussi de reconsidérer notre relation intellectuelle à la Terre et au vivant. Ainsi, la première partie du semestre portera sur l’étude de pratiques agropastorales dans la sphère méditerranéenne du Néolithique à l’Epoque moderne, sur la relation que les peuples « premiers » d’Amérique et d’Océanie entretiennent avec la « nature » et sur l’interdépendance entre corps, psychisme et environnement.

Dans un deuxième temps, une attention particulière sera portée aux questions énergétiques et agricoles, au cœur de la transition écologique, à travers des séances qui s’intéresseront non seulement aux moyens mis en œuvre pour opérer cette transition, mais aussi à leurs implications sociales, économiques et environnementales.

- Semestre 6 « Agir pour la planète » : L'enseignement de ce semestre est consacré à la présentation d’initiatives recherchant la préservation de l’environnement, voire l’enrichissement de notre patrimoine écologique. Les sessions de cours s’intéressent au passé, en particulier aux visions et aux manières dont dans l’histoire les interactions entre environnement et société ont été envisagées. Elles s’attachent également au présent et aux futurs possibles en s’arrêtant sur des alternatives développées souvent à un niveau local, visant à préserver les ressources écologiques et la biodiversité. Ces différentes sessions sont aussi complétées par un diagnostic sur la situation écologique critique actuelle dans une perspective de sciences sociales, mais également en mobilisant les œuvres et les créations artistiques : sont notamment discutées la crise de la sensibilité du vivant, les conséquences négatives pour l’environnement de nos modes de croissance présents, etc. 

En savoir plus

Label

  • DD&RS

Type d'initiative

  • Dans l'enseignement