Aller au contenu principal

Description

L’Année internationale du quinoa en 2013 met en lumière cette plante d’origine andine pour son potentiel de lutte contre la faim et la pauvreté. Le développement de la filière peut, selon le contexte et le type d’accompagnement, structurer ou déstructurer les territoires. C’est ce que montre la comparaison de la zone des Salars, au sud de l’altiplano bolivien, de la région Centre du Chili et de la zone mapuche au sud du Chili détaillée dans ce nouveau numéro de Perspective.

 

Ce numéro montre également qu’une action collective et une gouvernance territoriale impliquant tous les acteurs est un facteur de succès. Fondée sur une lecture partagée des problèmes et l’élaboration d’un projet de territoire, l’action collective peut être facilitée par un médiateur. La filière peut alors servir de levier pour de nouvelles relations des agricultures familiales aux marchés, au-delà du modèle conventionnel d’agro exportation. L’action collective permet de dépasser l’échelle de l’exploitation agricole pour penser l’insertion des innovations agricoles dans le territoire et réfléchir à un lien renouvelé entre agriculture et société.

État

  • Valorisé

Langues

  • Français

Licence Creative Commons

  • Partage des conditions à l'identique
  • Pas d'utilisation commerciale
  • Pas de modification

Types

  • Grain numérique

Mots-clés

biodiversitéagriculturequinoadéveloppement territoriallutte contre la faimpauvreté

Contributeurs

Didier Bazile

CIRAD - Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement