Aller au contenu principal

Description

Dans cette vidéo, François Collombat présente les dispositifs qui permettent de limiter les impacts environnementaux liés à la présence et à l'exploitation d'ouvrages hydroélectriques. Il se focalise sur la préservation de la faune piscicole.

État

  • Labellisé

Langues

  • Français

Licence Creative Commons

  • Pas d'utilisation commerciale
  • Pas de modification
  • Paternité

Nature pédagogique

  • Cours

Niveau

  • Bac+1
  • Bac+2

Objectifs de Développement Durable

  • 14. Vie aquatique
  • 7. Energie propre et d'un coût abordable

Types

  • Grain audiovisuel
L'énergie hydraulique - Clip
L'énergie hydraulique - Clip
Energie hydraulique : historiques et ressources
Energie hydraulique : historiques et ressources
Energie hydraulique : caractéristiques fondamentales
Energie hydraulique : caractéristiques fondamentales
Eléments constitutifs d'un aménagement hydraulique
Eléments constitutifs d'un aménagement hydraulique
Energie hydraulique : exploitation des aménagements
Energie hydraulique : exploitation des aménagements
La turbine VLH : un nouveau concept
La turbine VLH : un nouveau concept
Hydroélectricité : ressources et "mix énergétique"
Hydroélectricité : ressources et "mix énergétique"
La sûreté hydraulique
La sûreté hydraulique

Contributeurs

François COLLOMBAT

Télécharger le fichier

François COLLOMBAT, Chargé de mission, Division production hydraulique - EDF 

Comme tout processus industriel, la production hydroélectrique a du bon et du moins bon pour l'aspect environnemental. 

Si on regarde sur l'aspect bon, j'ai mis ici quelques diapositives qui représentent certains points intéressants.
 
•    Le premier, en haut à gauche, c'est le fait qu’en permanence on réalimente les tronçons court-circuités des rivières et donc la vie piscicole est toujours préservée.

•    La deuxième montre que, sur un aménagement du Rhin, on a réalisé une partie d'une centrale.

Sur la partie basse, vous voyez une passe à poissons qui permet aux poissons de passer et donc on espère vraiment la remontée du saumon jusqu'en Suisse sur une échelle à poissons à partie basse.

Il ne faut pas oublier non plus sur la partie haute de la photo les écluses qui permettent une navigation entre la Suisse et la mer du Nord.

    Le barrage en haut à droite, c'est le barrage de Sainte-Croix sur le Verdon, ce barrage non seulement est un barrage hydroélectrique mais il alimente aussi en eau agricole tout le canal de Provence et en eau potable la ville de Toulon.

    En bas à gauche, vous avez le barrage de l’Escale qui est sur la Durance, là aussi un très gros aménagement hydroélectrique, la Durance au complet représente 2000 MW, c'est-à-dire l'équivalent de deux centrales nucléaires, mais en même temps permet l'irrigation de toute la basse Durance et aussi l’eau potable de Marseille.

    Le barrage de Roselend au centre de la diapositive est l'un des plus grands aménagements de France et qui permet de produire plus d'un milliard de kilowattheures.

    Enfin, sur la partie droite, vous avez l'ouvrage de la Rance, le seul ouvrage marémoteur d'importance au monde.

Bien entendu, pour construire des aménagements hydroélectriques, il faut prendre en considération la partie environnementale et en particulier la vie piscicole. 

Il faut qu'on puisse assurer en permanence la libre circulation des poissons donc on crée des ouvrages plus ou moins importants de telle façon à ce que ces poissons puissent aller d'un côté à l'autre de nos ouvrages.

On réalise par exemple des rivières artificielles : vous avez sur la partie gauche la rivière artificielle lors de sa construction et après sa mise en eau, vous voyez bien que cette rivière est quasiment une rivière naturelle, les poissons peuvent s'y ébattre tel que bon leur semble.

A d'autres endroits, il est beaucoup plus difficile de faire ce genre d'aménagement, on construit à ce moment-là ce qu'on appelle des passes à poissons ou des échelles à poissons.

    Vous en voyez le schéma et une photo : on fait des petites marches d'escalier, c'est très compliqué à faire parce qu'en fonction de l’espèce de poisson considérée, la marche est plus ou moins haute et donc on a des calculs très importants à réaliser avec les gens protecteurs des poissons et puis l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques.

A d'autres endroits, quand on ne peut pas faire la passe à poissons parce que la hauteur du barrage est trop importante, on fait carrément des ascenseurs à poissons tels que celui que vous voyez là sur la partie droite.

    Donc là vous avez un système qui prend le poisson en bac et le remonte au niveau du sommet du barrage.

Les trois dispositifs que je viens de décrire, c'est pour que les poissons puissent remonter, même si le premier les poissons peuvent descendre et monter tel bon leur semble, et puis le dernier dispositif que l’on voit sur la partie droite, c'est ce qu'on appelle un système de dévalaison.

    Alors là, le poisson lorsqu'il descend la rivière et qu'il arrive devant le sas du barrage, il a un système qui l'attire vers cette espèce de toboggan et ça lui permet de descendre au pied du barrage sans encombre.

Donc, tous ces aspects de biodiversité doivent être pris en compte lorsque l'on veut réaliser un aménagement hydroélectrique, c'est ce qu'on appelle l'étude d'impact. 

On doit faire une étude d'impact vraiment en regardant non seulement les poissons mais également les coléoptères, les sédiments qui peuvent arriver dans la rivière, les petits oiseaux qui peuvent manger les coléoptères qui eux-mêmes vont venir vivre parce qu'ils ont une eau plus ou moins pure. 

L'ensemble de cette étude d'impact doit déterminer les mesures correctrices que l’on doit réaliser et les mesures compensatoires que l'on doit proposer de telle façon que notre aménagement soit le moins traumatisant pour l'élément naturel.

J'attire votre attention sur un ouvrage qu’a réalisé le Syndicat Hydroélectricité : Vers la centrale hydroélectrique du XXIe siècle, qui a été réalisé sous l'égide de la DEM et avec des ingénieurs hydrauliciens.