Aller au contenu principal

Description

Les découvertes scientifiques de ces dernières décennies ont changé notre regard sur les autres animaux. Il en découle des questionnements sur nos relations avec eux, aujourd'hui et demain. Ce parcours vous apporte des repères pour vous permettre de vous situer sur ces questions de plus en plus discutées et débattues.

Mobilisant une grande diversité d'experts, issus d'horizons variés, il est organisé autour de trois axes :

  • Les animaux : approches des sciences biologiques, humaines et sociales
  • Des animaux et des humains : représentations d'hier et d'aujourd'hui
  • Vivre demain avec les animaux

 

Deux niveaux de difficulté sont proposés selon les contenus de ce parcours : le niveau "Débutant" s'adresse aux apprenants de niveau Bac à Bac+3 (Licence), tandis que le niveau "Approfondi" est plutôt destiné aux apprenants de niveau Master et +.

État

  • Labellisé

Langues

  • Français

Licence Creative Commons

  • Partage des conditions à l'identique
  • Pas d'utilisation commerciale
  • Pas de modification
  • Paternité

Nature pédagogique

  • Cours

Niveau

  • Bac+2
  • Bac+3
  • Bac+4

Thèmes

  • Ecosystèmes et biodiversité

Types

  • Parcours thématique

Mots-clés

éthologieanthropologiebien-être animalrelation homme-animal
  • La domestication animale
  • Condition animale, sensibilité et humanité au XVIIIe siècle
  • L'attachement, un lien unique
  • Les "nuisibles" et les Hommes en ville
  • Les partenariats hommes-chiens
Télécharger le fichier

Marine Grandgeorge, Maître de conférences à l'Université de Rennes 1

Nous allons parler, en moins de 10 minutes, des partenariats et de la communication interspécifique homme-chien. Un beau défi.

Depuis des millénaires, le chien est devenu un partenaire de l'humain, que ça soit un petit chihuahua, un rottweiler, un chien croisé ou un labrador. Tous ces animaux sont devenus nos partenaires au quotidien et il a fallu apprendre à nous comprendre pour pouvoir communiquer alors que nous ne parlons pas le même langage.

Selon Jakob von Uexküll, le concept de monde propre, de monde sensoriel propre, permet à des individus d'une même espèce de communiquer facilement. En effet, ils disposent des mêmes capacités sensorielles, émotionnelles et cognitives. Grâce à leurs différents sens, ils passent des informations de l'un à l'autre. Lorsque deux individus sont d'une même espèce, cela est donc relativement aisé.

Par contre, la chose devient plus complexe, comme ici vous pouvez le voir, entre deux individus d'espèces différentes, comme l'homme et le chien. Nous n'avons pas les mêmes sens, nous avons donc deux mondes propres différents. Comment communiquons-nous ?

L'être humain, de son côté, utilise la vue, utilise l'ouïe, utilise sa parole, son toucher pour comprendre, mais aussi passer des informations au chien. Par exemple, dès l'âge de 6 ans et chez les adultes, nous sommes capables de reconnaître les aboiements des chiens et leur donner une valence émotionnelle, que ça soit la joie ou la colère, sans aucune difficulté. Et cela uniquement en entendant les aboiements du chien. Nous sommes aussi capables de reconnaître leurs expressions faciales et dire s'ils sont heureux ou non. Du côté du chien, eux aussi, ils ont des capacités qui leur permettent de se faire comprendre et de nous comprendre. Vous avez tous déjà expérimenté un chien qui arrive à suivre la direction de votre regard, à savoir si vous êtes attentif à lui, ou repérer une source de nourriture simplement grâce au pointage.

Le chien est aussi capable d'utiliser ses autres sens pour nous comprendre. Les recherches qui se développent depuis des décennies vont certainement mettre à jour encore de nombreuses compétences qui nous sont aujourd'hui inconnues. Grâce à nos capacités réciproques de compréhension et l'adaptabilité du chien, il a pris une multitude de rôles et de places dans notre société et dans nos vies.

Commençons par citer sa place au travail. Les chiens peuvent nous aider en temps de guerre et nous accompagner sur le terrain. Ils peuvent être une aide dans les tâches quotidiennes, être un compagnon à la chasse. Mais il a aussi pris des places au niveau de la famille. En effet, le chien est devenu un membre à part entière de la fratrie. C'est devenu un meilleur ami. Et grâce à ce quotidien auprès de nous, il nous apporte beaucoup de bénéfices. En effet, qui n'a pas déjà expérimenté l'effet calmant du chien ? Ceci a été démontré par les études scientifiques. La présence de notre chien à notre côté fait diminuer notre rythme cardiaque, mais aussi notre taux de cortisol. Il n'est pas rare de voir aussi des personnes en meilleure santé quand ils vivent au quotidien avec un chien. Et plus récemment, nous avons expérimenté cela lors de la pandémie de Covid-19 où les gens vivant avec des chiens se sont sentis moins isolés et moins angoissés que ceux n'ayant pas d'animaux de compagnie.

Le chien aussi a été modifié au fur et à mesure des millénaires par une sélection de l'homme. Il a choisi des physionomies différentes, des capacités différentes pour leur donner des fonctions. Nous avons des chiens de berger, des chiens d'avalanche, ou encore des chiens de loisir comme les chiens de traîneau. Et plus récemment encore, nous avons le chien qui a pris une place de faire-valoir, soit dans les concours, mais aussi sur les réseaux sociaux où, exposés, ces animaux de compagnie, en l'occurrence son chien, est une façon d'avoir beaucoup de reconnaissance sociale. Tout cela amène aujourd'hui les animaux à clairement être reconnus en termes de bienfait, d'aide au quotidien des personnes et c'est pour cela que depuis plusieurs décennies se développent des animaux d'assistance. Nous avons les animaux d'assistance type handichien, mais aussi les chiens guides d'aveugle comme vous pouvez le voir sur ces images. Différentes organisations dans le monde remettent gratuitement ou non des chiens d'assistance suite à la demande des personnes. Citons par exemple Hachiko en Belgique, la fondation Mira au Québec-Canada, mais aussi Handi'Chiens en France.

Mais quels sont les rôles de ces chiens d'assistance ? Ils peuvent tout d'abord aider les personnes souffrant de handicap physique. Ils peuvent alors aider les personnes à ouvrir les portes, à déposer un porte-monnaie sur le comptoir d'un magasin, ou encore à allumer des lumières. Certains chiens d'assistance sont éduqués pour aider les personnes malentendantes. Ils indiquent alors à leur maître s'il y a des sons particuliers dans leur environnement comme par exemple la sonnette de la maison. Les personnes malvoyantes peuvent aussi se faire accompagner par les chiens d'assistance plus connus sous le nom de chiens guides qui leur permettent, notamment, un déplacement dans l'espace beaucoup plus facile. Nous avons aussi les chiens d'alerte. Ces chiens d'alerte peuvent aider les personnes avec épilepsie, mais aussi diabétiques, à prévenir, au moment d'une crise, leur permettre de prendre des médicaments ou alerter des proches en cas de danger. Les chiens d'éveil, quant à eux, aident les enfants ou les adolescents avec trouble du spectre autistique ou encore les enfants et adolescents avec trisomie 21. Dans leur quotidien, ils apaisent ces personnes, ils les motivent, ils les accompagnent. Ce sera aussi un peu le rôle des chiens d'assistance qu'on appelle d'accompagnement social. Nous les retrouvons dans les EHPAD, mais aussi des établissements pour personnes handicapées type FAM ou IME. Ils leur permettent d'avoir des activités, de motiver lors d'exercices. Et plus récemment, depuis 5 ou 6 ans en France, se développent les chiens d'assistance judiciaire. Ces chiens sont agréés pour accompagner les victimes dans tout le processus, du dépôt de plainte jusqu'au passage au tribunal. Mais aussi des chiens d'assistance de réussite scolaire que nous retrouverons en école primaire, au collège ou au lycée pour accompagner les jeunes dans tout leur parcours scolaire.

Focalisons-nous sur les chiens d'éveil, notamment ceux destinés aux enfants et aux adolescents avec trouble du spectre autistique. Ils connaissent un succès important depuis plusieurs décennies, tant par la demande très, très forte de la part des parents de recevoir ce type de chien, mais aussi de la part des chercheurs qui s'intéressent à ce phénomène. Mais que sont, d'abord, les troubles du spectre autistique ? C'est un trouble neurodéveloppemental qui persiste tout au cours de la vie. Il se caractérise par trois grandes particularités. Ces personnes ont des difficultés d'interaction sociale, mais aussi des difficultés de communication verbale et non verbale et enfin présentent des comportements répétitifs et restreints. C'est un clair enjeu sociétal puisqu'à ce jour, la prévalence est autour de 1 %. C'est-à-dire qu'une personne sur 100 naît porteuse de ce TSA. Grâce aux recherches, nous avons pu, en tant que scientifiques, mettre en avant l'apport du chien d'éveil pour ces enfants et ces adolescents. De nombreuses améliorations sont notées, comme vous pouvez l'observer, tout d'abord pour l'enfant avec TSA. Leurs interactions et habiletés sociales sont améliorées au contact du chien au fur et à mesure des années. Le chien a aussi la capacité de calmer l'enfant, mais aussi de le réconforter dans des moments de stress. La gestion des émotions est donc beaucoup plus simple pour ces enfants. Et de manière générale, leur humeur est améliorée. Mais les bénéfices et les améliorations ne s'arrêtent pas à l'enfant. En effet, toute la famille peut bénéficier de la présence du chien d'éveil à domicile. Il y a une dynamique familiale beaucoup plus positive. Les parents se sentent beaucoup plus compétents à s'occuper de leurs enfants. Et là aussi, l'humeur générale est améliorée. La présence du chien d'éveil a aussi d'autres effets : une diminution du stress pour l'enfant avec TSA, mais aussi pour toute la famille, parents et fratrie compris. Les parents, eux aussi, évoquent moins de préoccupations autour de la sécurité de l'enfant. Par exemple, ils ont beaucoup moins peur que l'enfant ne fuit puisque le chien est là pour prévenir toute fugue. Ainsi, le chien d'éveil dans le quotidien de ces familles leur permet plus de déplacements, plus de voyages, mais aussi des sorties comme au restaurant ou au cinéma. Leurs relations sociales extérieures à leur famille sont de nouveau enclenchées, sont augmentées. Et surtout, ce que les parents rapportent, c'est que la présence du chien sensibilise le grand-public à ce handicap que sont les TSA.

Vous voyez donc que le chien a des capacités qui nous aident au quotidien, que ça soit un chien de compagnie ou un chien d'assistance. Mais il ne faut pas pour autant oublier que cette relation est bidirectionnelle. Nous avons donc des devoirs envers le chien. Et il est donc nécessaire d'assurer son bien-être au quotidien et cela tout au long de sa vie.
 

Contributeurs

Guillaume Lecointre

MNHN - Muséum national d'Histoire naturelle

Sabrina Krief

MNHN - Muséum national d'Histoire naturelle

Elise Huchard

CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique

Florence Brunois-Pasina

CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique

Valérie Dufour

CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique

Joël Meunier

CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique

Pauline Delahaye

Société française de zoosémiotique

Marilyn Beauchaud

Université jean Monnet Saint-Etienne

Joséphine Lesur

MNHN - Muséum national d'Histoire naturelle

Emilie Dardenne

Université de Rennes 2

Jean Trinquier

Ecole Normale Supérieure (ENS/PSL)

Eric Baratay

Université Jean Moulin Lyon 3

Claude Béata

Georges Salines

Nicolas Césard

MNHN - Muséum national d'Histoire naturelle

Béatrice Laffitte

Xavier Boivin

INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement

Richard Dumez

MNHN - Muséum national d'Histoire naturelle

Michel Saint-Jalme

MNHN - Muséum national d'Histoire naturelle

Gilles BOEUF

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Cédric Sueur

Université de Strasbourg (UNISTRA)

Justine Roulot

Ministère de la transition écologique

Nathalie Tavernier-Dumax

Université de Haute-Alsace (UHA)

Florence Burgat

INRAE - Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement

Marine Grandgeorge

Julien Dugnoille

François Moutou

Christophe Degueurce

Romain Espinosa

Marie-Laure Laprade