Aller au contenu principal

Description

Ce MOOC 2E2D est complémentaire au MOOC « Environnement et développement durable » produit et coordonné par UVED en 2015. Ce premier MOOC portait sur les connaissances de base, les fondamentaux du domaine et était à destination particulièrement des étudiants pour favoriser le continuum bac-3/bac+3.

Le deuxième MOOC qu’UVED propose porte quant à lui sur les compétences. Il est prioritairement à destination des enseignants du primaire au supérieur et se veut plus opérationnel. La dernière semaine du MOOC « Environnement et développement durable » introduisant ces questions, ce MOOC 2E2D assure donc une forme de continuité permettant aux enseignants d’éduquer à l’E2D et d’intégrer le développement durable dans leur projet d’école.

État

  • Labellisé

Langues

  • Français

Licence Creative Commons

  • Partage des conditions à l'identique
  • Pas d'utilisation commerciale
  • Pas de modification
  • Paternité

Mentions Licence

  • Sciences de l'éducation

Nature pédagogique

  • Cours

Niveau

  • Bac+1
  • Bac+2
  • Bac+3
  • Bac+4
  • Bac+5

Thèmes

  • Education à l'environnement et au développement durable
  • Institutions, acteurs, sociétés et territoires

Types

  • Parcours thématique

Mots-clés

actions d'éducation environnementaleéducation à l'environnementdéveloppement durable
  • Qu'est-ce qu'un modèle ?
  • Les modèles en éducation au développement durable
  • La carte conceptuelle, un outil au service de l'approche systémique
  • Problématisation, investigation et interdisciplinarité
  • Problématisation et investigation : un exemple de mise en œuvre à l'école primaire
  • La démarche de pleine conscience : quels apports potentiels en éducation ?
  • La démarche de pleine conscience : mises en situation
  • Éducation au développement durable : ce que disent les programmes scolaires en France
  • Éducation au développement durable : ce que disent les programmes scolaires en Suisse
  • Éducation au développement durable : ce que disent les programmes scolaires en Belgique
  • Éducation au développement durable : ce que disent les programmes scolaires en République Démocratique du Congo
Télécharger le fichier

La carte conceptuelle, un outil au service de l'approche systémique

Francine Pellaud, Professeur à HEP Fribourg (Suisse)


La carte conceptuelle ou ses homologues, tel que le schéma heuristique, le conceptogramme, la carte mentale ou "mind map" en anglais, sont des outils au service de la vision systémique et donc de la complexité. Certes, chacune de ces dénominations a ses spécificités. Mais pour notre part, nous utilisons ces termes de manière synonymique. La carte conceptuelle est une représentation graphique, synthétique d'un problème, d'une thématique, d'une pensée ou d'un projet, qu'ils soient collectifs ou personnels. En tant que telle, elle ne remplace pas le texte écrit qui, lui, va au contraire permettre de préciser ou d'affiner une pensée. Mais elle le complète parfaitement en offrant une vision compacte, qui permet de manière très rapide de visualiser les liens qui existent entre certaines entités. Ces liens sont construits par association d'idées, un peu sur la manière dont notre cerveau fonctionne.

L'utilité de la carte conceptuelle peut différer en fonction du rôle qu'on lui attribue. Sa construction également, mais sa présentation finale est toujours faite de mots ou d'images que l'on associe en utilisant des outils graphiques, qui vont en faciliter la lecture. Afin de rendre tout cela plus concret, je vais construire une carte mentale avec vous sur les fonctions et les finalités qu'elle peut offrir. En d'autres termes, je vous propose de construire la carte conceptuelle de la carte conceptuelle.

Pour faire simple, je place au centre de ma feuille le sujet que je vais aborder, à savoir la carte conceptuelle, que j'écris en gras et que je place dans un ovale afin qu'il soit facilement repérable. Je vais relier ce premier item aux différentes utilités que peut endosser cet outil. Pour ce faire, je vais utiliser des flèches au nombre de 3 dans notre exemple. Afin que ces flèches aient du sens, je vais leur attribuer une fonction : en l'occurrence "permet de", ou "permet un/une", "met en évidence" et "interagit avec ou sur". Ainsi lorsque je lirai l'un des items, je pourrai reformuler une phrase complète qui ait du sens. Vous l'aurez compris, afin que cet outil puisse être lu et compris par d'autres personnes, ces indications sont indispensables. Je les présente donc en légende, ici en bas à droite. C'est ce qui va permettre à cette carte conceptuelle de réaliser sa première fonction, celle de transmettre un message.

 

Je peux maintenant mettre la deuxième fonction de ma carte mentale, à savoir servir de support à un brainstorming, que celui-ci soit collectif ou qu'il s'agisse de l'ensemble des idées qui vous viennent à l'esprit de manière individuelle lorsque vous commencez un projet ou l'étude d'une thématique.

Déjà là, nous percevons sa troisième fonction, celle de permettre une vision systémique, globale, complexe du sujet traité. J'y ajoute tout de suite une quatrième fonction, celle de hiérarchiser l'information. Pour cela, je peux utiliser des couleurs, des formes, comme par exemple ici, des rectangles arrondis, une écriture capitale, une flèche plus grosse, etc. Toutes ces informations, comme la légende déjà mentionnée, doivent pouvoir être décodées facilement par des indications visuelles repérables. Mais ces informations vont également être utiles pour structurer le discours transmis. Y a-t-il un ordre d'importance à suivre ? Des items à voir en priorité ? Là encore le choix des informations visuelles va être capital.

Enfin et vous le voyez ici, ce type de présentation permet de résumer un discours puisqu'il ne fait apparaître que les éléments estimés essentiels qu'il serait très difficile d'identifier dans un texte linéaire.

À ce premier mi-niveau, nous pouvons déjà ajouter une flèche, qui permet de voir que résumer un discours met en évidence la vision systémique ainsi que d'autres flèches, qui montrent les interactions qui existent entre ces différents éléments. En plus de ces fonctions communicationnelles, nous pouvons lui ajouter des fonctions structurelles comme la possibilité de mettre en évidence, grâce à la visibilité des liens, les interactions ou les interdépendances ainsi que l'interdisciplinarité, qui peut en découler. Cet ensemble d'éléments disposés dans l'espace, et plus de façon linéaire, oblige notre cerveau à sortir de cette linéarité que l'on retrouve très souvent dans les modes de raisonnement. Notamment lorsqu'on tente de définir les causes d'un problème ou ses conséquences. Cette manière de rebondir, de suivre des liens, de visualiser des flèches qui peuvent être à double sens, fait partie des compétences qui caractérisent la pensée complexe. Elle est à la base même de toute approche systémique. Cet ensemble d'éléments permet donc de modifier l'appropriation du sujet traité, nos repères et finalement notre manière de penser.


 

Tout au long de ce MOOC, vous allez retrouver des cartes conceptuelles. Vous pourrez ainsi apprécier leur diversité, leur fonction et définir les outils visuels qui vous conviennent le mieux. Dans la création d'une telle carte, il ne faut jamais oublier que, si le sens est facilement accessible à la ou les personnes qui l'ont créée, celui-ci est beaucoup moins évident pour le simple lecteur de cette carte. Un grand effort doit donc être fait pour que cet outil reste réellement utile à celui qui va la lire.

Il existe sur internet plusieurs logiciels qui facilitent la création de ce type d'outils. Pour vous aider à vous y retrouver, je vous conseille le site suivant, il vous aidera à trouver le meilleur logiciel pour le travail que vous envisagez.