Aller au contenu principal

Description

La politique agricole commune accorde un soutien aux investissements visant à améliorer l'état des infrastructures d'irrigation et à permettre aux agriculteurs de recourir à de meilleures techniques d'irrigation. Elle protège également la qualité des eaux en termes de pesticides et de nitrates. L'agriculture absorbe une part significative des réserves hydriques européennes, puisque 30% de l'ensemble des ressources utilisées lui sont destinés. Dans le Sud de l'Europe (où son apport est fondamental), l'irrigation représente dans la plupart des pays plus de 60% des ressources utilisées. Au Nord, ce taux varie de 0 à 30%. La quantité d'eau consacrée à l'irrigation est fonction de facteurs tels que le climat, le type de cultures, les propriétés du sol, la qualité de l'eau, les pratiques agricoles et les méthodes d'irrigation. Qu'elle supplée des ressources naturelles insuffisantes ou la baisse saisonnière des précipitations, l'irrigation permet d'améliorer la productivité des cultures, de réduire les aléas des périodes de sécheresse et de s'orienter vers des cultures plus rentables. Toutefois, l'irrigation est aussi à l'origine d'un certain nombre de problèmes environnementaux, tels que la surexploitation des aquifères souterrains, l'érosion et la salinisation des sols, la détérioration d'habitats semi-naturels préexistants. Elle est également responsable de l'intensification de l'agriculture et donc, indirectement, de ses méfaits. Au travers de ce cours introductif, vous découvrirez l'influence de l'agriculture sur les ressources hydriques, les indicateurs et composants d'une pollution.

 

État

  • Valorisé

Types

  • Grain numérique

Mots-clés

politique agricole communeagricultureirrigationpollution de l'eauécotoxicologiebiomarqueursréserves hydriquesmétaux lourdspollution de l'eauAgronomie, agriculture et techniques connexesDéchets, pollutions, polluants, bruitAdministration de l'environnement et des ressources naturellesHydrologie

Contributeurs

Cemagref